[TEST] Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter

Frogwares est de retour sur le devant de la scène avec un nouvel épisode mettant en avant le détective le plus célèbre de l’histoire. Avec Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter, le studio passe réellement le cap de la nouvelle génération après un Crimes et Châtiments qui avait eu droit à un rapide portage Xbox One / PlayStation 4 il y a deux ans. On a mené l’enquête pour vous.

Élémentaire, mon cher Watson

Comme toujours, Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter nous plonge en pleine époque victorienne, dans un Londres du XIXème siècle magnifiquement retranscrit. Dès les premiers instants, on est plongés dans une ambiance très travaillée, que les développeurs ont pu magnifier grâce à la puissance des machines actuelles. Si l’on est loin de la qualité des meilleurs titres du genre (et on pense notamment à The Order : 1886, véritable chef d’oeuvre visuel dans un style comparable), la pauvreté de l’Angleterre de l’époque transpire par chaque pixel. On note cependant que Frogwares n’est pas un studio de second plan pour rien, et le reste de la partie technique du jeu n’est pas aussi réussie. Les animations des personnages sont ainsi beaucoup trop simplistes notamment, tandis que quelques soucis techniques sont à signaler (des problèmes de caméras, mais aussi des ralentissements parfois réellement gênants).

Malgré tout, on prend un vrai plaisir à se glisser dans la peau de Sherlock Holmes. Comme d’habitude dans la saga, l’aventure est décomposée en plusieurs enquêtes (5 au total) auxquelles s’ajoutent une intrigue plus globale concernant Katelyn, la fille adoptive de Holmes. A ce sujet, il peut être intéressant d’avoir joué aux épisodes précédents pour comprendre tous les tenants et aboutissants du scénario, mais cela n’est pas nécessaire, la situation étant expliquée à chaque fois. Concernant les enquêtes, le procédé est toujours assez similaire, à savoir que l’on commence par une recherche d’indices importante. Il est toujours possible d’analyser les différents personnages et interlocuteurs afin d’analyser leur tenue, leur physique et d’en tirer un portrait le plus précis possible. La petite nouveauté ici provient du fait qu’il faille parfois faire des déductions de ces analyses, et qu’il est donc possible de se tromper après avoir analysé une situation.

En se servant de tous ces indices, Sherlock peut tirer des conclusions, et là encore faire évoluer un schéma complexe jusqu’à la conclusion de l’enquête. Ces phases d’analyses sont entrecoupées de très nombreux mini-jeux, qui viennent un peu briser le rythme très lent du soft. Crochetage de serrure, analyse de carte pour y trouver un détail précis, etc. Concrètement, ces derniers ne proposent pas un énorme challenge, et la réelle difficulté provient davantage de la compréhension de certains jeux que de leur résolution. Pour ceux qui voudraient rester dans le coeur de l’analyse, il existe une possibilité de les zapper totalement pour se concentrer sur l’enquête en elle-même. D’autres scènes, davantage orientées action, font leur apparition et apportent un rythme plus soutenu. Concernant les variations de gameplay, on apprécie également le fait de prendre de temps à autres le contrôle de Watson, Wiggins et même du chien Toby.

Au final, Sherlock Holmes : The Devil’s Daughter reprend tout ce qui a fait le succès des précédents épisodes, en ajoutant un peu de variété au gameplay. Toutefois, les défauts récurrents (grosse lenteur, technique à la ramasse) n’ont pas été gommés par le passage à la nouvelle génération, et l’écart avec les productions plus importantes se fait même un peu plus ressentir. Quoi qu’il en soit, ce style de jeu est est tellement peu courant que l’on est content de pouvoir sentir ce petit vent de fraîcheur au milieu des condensés d’action qui pullulent sur nos consoles de nos jours.

Sherlock Holmes : The Devil's Daughter

59,00 €
Sherlock Holmes : The Devil's Daughter
6.9

Fun

7.5/10

Réalisation

6.5/10

Bande son

6.5/10

Gameplay

6.5/10

Scénario

7.5/10

Les +

  • 5 enquêtes intéressantes
  • L'ambiance victorienne
  • Les nouveautés d'enquête

Les -

  • Les mini-jeux peu intéressants
  • Les problèmes techniques
  • Très (trop ?) lent

Taboulé

Créateur et rédacteur en chef du site.

Laisser un commentaire