[TEST] Grow Up, le retour de BUD

Un an et demi après la sortie de Grow Home, Ubisoft Reflections remet le couvert avec une suite plus aboutie, Grow Up, beaucoup plus aboutie et vendue à petit prix. Tour d’horizon d’un jeu idéal pour se détendre. 

Entre les blockbusters que sont les Far Cry et autres Assassin’s Creed, Ubisoft continue de proposer en parallèle des aventures vidéoludiques différentes et plus proches du jeu indé. Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre, Child of Light ou Grow Home ne sont que quelques uns des exemples récents, qui aboutissent aujourd’hui à l’arrivée d’une suite au jeu de plate-forme loufoque rencontré l’an dernier.

BUD : Up for Whatever !

Le joueur y incarne toujours BUD, un petit robot dont la démarche assez peu assurée nous fait dire qu’il tient son nom de la célèbre bière reine du Super Bowl. Manque de bol, le petit BUD est victime d’un crash à bord de son vaisseau-mère, M.O.M., qui se voit exploser en plusieurs morceaux. Ces derniers vont alors être éparpillés un peu partout sur la planète qui sert de théâtre à cette nouvelle aventure. Le but ultime étant, bien évidemment, de tous les récupérer.

Grow Up se présente comme un jeu de plate-forme en 3D, misant avant tout sur la verticalité des environnements. En effet, l’idée va être d’aller toujours plus haut afin de récupérer les différentes pièces de M.O.M., en passant de mini-planète en mini-planète. On est en effet en présence d’un univers complètement improbable avec des mondes en lévitation dans le vide, qu’il faut rejoindre progressivement en faisant pousser de gigantesques plantes-étoiles, à la façon du haricot magique de Jack. Si les premiers instants nous laissent sur le plancher des vaches, on arrive très rapidement à plusieurs kilomètres de hauteur, pour des sensations assez grisantes.

BUD, en plus de faire pousser ces plantes-étoiles, peut faire appel à de nombreuses capacités pour continuer sa progression vers le haut. La première est le cœur de tout le gameplay : l’escalade. Chaque gâchette est affectée à une main du robot, et il faut ainsi alterner main gauche et droite pour grimper lentement mais sûrement. Ces prises sont également un garde-fou pour stopper, par moments, les chutes folles bien souvent liées à une inertie qu’il faut apprendre à dompter dans les premières heures de jeu. Grow Up inclut une nouvelle dimension : celle de jardinier. Il est en effet possible de scanner toutes les plantes de l’environnement pour pouvoir ensuite jeter des graines et les faire pousser à volonté. Et là, c’est un régal. Champignons trampolines, feuille catapulte, j’en passe et des meilleures. Ces plantes n’ont aucun aspect obligatoire dans le gameplay mais proposent une alternative intéressante à la grimpette classique.

Via tous ces aspects, Grow Up est une véritable ode à la liberté. Les contraintes imposées par le jeu sont si minimes qu’on est simplement contents de pouvoir se lancer dans la partie, sans prise de tête, juste pour pouvoir passer un moment de détente. Bien sûr, le titre est loin d’être parfait. Techniquement, on est sur un titre très similaire à son aîné sorti il y a presque 2 ans, avec des graphismes ultra basiques – mais pourtant excellents malgré tout – mais surtout des ralentissements qui sont un peu trop présents pour le peu d’éléments à gérer. Mais peu importe, ce n’est pas ce qu’on recherche ici !

Ubisoft Reflections propose ici un jeu vraiment plaisant, sans grande prétention mais bien supérieur à bon nombre de jeux récents. De la plate-forme parfois beaucoup trop imprécise, mais malgré tout diablement efficace. Grow Up, avec son univers enfantin, ses couleurs chaudes et son ambiance « détente », se pose comme l’une des très bonnes surprises de cet été. 

Grow Up est disponible en téléchargement sur Xbox One, PlayStation 4 et PC pour 10 euros environ. 

Grow Up

Grow Up
7.5

Design

8.0/10

Son

7.0/10

Gameplay

8.0/10

Graphismes

7.0/10

Les +

  • La liberté totale d'action
  • L'ambiance mignone
  • L'escalade

Les -

  • L'inertie difficile à gérer

Taboulé

Créateur et rédacteur en chef du site.

Laisser un commentaire