[TEST] Dead Island : Definitive Collection

En attendant la sortie du véritable deuxième épisode de la saga, encore et toujours repoussé suite à un développement chaotique, Techland nous propose un Dead Island : Definitive Collection qui regroupe les précédents épisodes parus jusqu’à maintenant. L’occasion pour les joueurs qui avaient les titres sur la précédente génération de consoles de rattraper leur retard dans une réédition qui place la barre encore un peu plus haut. Bienvenue en enfer !

Enfer sous les tropiques

Le cadre est paradisiaque.
Le cadre est paradisiaque.

Pour moins d’une quarantaine d’euros, les joueurs Xbox One et PlayStation vont pouvoir découvrir une compilation de deux gros titres. Dead Island premier du nom, paru en 2011, mais aussi Dead Island : Riptide, épisode 1.5 prenant place juste après les événements du premier, qui a vu le jour en 2013. A cela s’ajoute également un troisième petit jeu, Dead Island Retro Revenge, un beat’em all old school en scrolling horizontal façon Double Dragon de la belle époque. En termes de rapport qualité/prix, on est donc sur du très haut de gamme, sachant que la durée de vie de chacun des deux épisodes est d’une bonne vingtaine d’heures.

Au cas où vous ne connaîtriez pas la saga, sachez que Dead Island vous jette sur une île absolument paradisiaque, dans un complexe hôtelier luxueux. Manque de bol, les vacances tournent au désastre quand la grande majorité des personnes présentes se transforme en zombies bouffeurs de chair. Vous incarnez un personnage étrangement immunisé contre cette mutation, et votre but va bien évidemment être de quitter au plus vite cette île maudite, pour sauver votre vie et celle des quelques rescapés que vous allez pouvoir récupérer en chemin.

Le corps-à-corps est au centre du gameplay.
Le corps-à-corps est au centre du gameplay.

Deux différences majeures entre cette série et les autres sont à noter. La première se situe, vous l’aurez sans doute compris, le cadre idyllique qui est le théâtre de l’action. Alors que la plupart des jeux impliquant des zombies se situent dans environnements lugubres, on passe ici de plage en plage, de bungalow en bar flottant, les palmiers et l’eau turquoise remplaçant les habituelles pierres tombales et autres bâtiments désaffectés. La seconde, c’est l’armement à disposition du joueur. Ici, vous pouvez oublier les grosses mitrailleuses, les pistolets et autres fusils à pompe classiques du genre, ils ne sont pas au centre du gameplay. Non, Dead Island privilégie le corps à corps et va vous forcer à fouiller dans votre environnement pour trouver tout ce qui pourrait se transformer en arme. Vous commencez l’aventure en fracassant votre pagaie sur la tronche en putréfaction du premier mort-vivant croisé, puis vous récupérez des barres en fer, des planches cloutées, des couteaux de cuisine, et ainsi de suite.

Je ne résiste pas à l’envie de vous montrer à nouveau le magnifique trailer du premier Dead Island. 

Pimp my baseball bat

Il faut voir les choses en grand parfois.
Il faut voir les choses en grand parfois.

Progressivement, vous allez découvrir des armes plus puissantes. Surtout, vous allez avoir la possibilité d’améliorer celles que vous avez déjà à disposition, pour peu que vous ayez un établi et un peu de matières premières à disposition. Au fil de l’aventure, vous allez également débloquer des mods permettant de rendre toujours plus meurtrières vos armes. Des clous à ajouter à votre base de baseball, du feu pour votre bâton, et ainsi de suite.

Dead Island : Riptide reprend à la lettre tous les principes de son aîné, en ajoutant quelques petites nouveautés en termes de gameplay. Ainsi, si on se contente de pouvoir conduire des jeeps dans le premier opus, le second inclut la possibilité de prendre les commandes de bateaux pour voyager entre les zones, apporter son petit lot de nouveautés. Des phases durant lesquels vous allez devoir tenir un siège, en préparant des pièges façon tower defense font également leur apparition dans cette suite, mais rien qui ne vienne véritablement chambouler l’aventure. Des passages qu’il est possible de jouer, comme l’intégralité du jeu, en coopération, pour toujours plus de plaisir entre amis !

Ambiance old school avec Retro Revenge.
Ambiance old school avec Retro Revenge.

D’une manière générale, ces deux titres sont réellement très proches l’un de l’autre et pourraient être considérés comme un seul et même jeu, à peu de choses près. Si les environnements diffèrent légèrement, si quelques ajouts sont de la partie, l’ambiance reste exactement la même et on prend tout autant de plaisir sur les deux softs avec ces remasters sur consoles de nouvelle génération. Il faut dire que les développeurs ont accompli un très beau boulot de portage. Si les jeux étaient déjà magnifiques à l’époque, le petit lifting qu’ils ont subi les magnifie encore davantage. La bande-son n’est par ailleurs pas en reste, puisque là encore c’est du très bon boulot. Les doublages anglais (sous-titrés Français) sont excellents et contribuent à la perfection à conférer une ambiance série B décalée au titre. Les bruitages sont eux absolument parfaits, qu’il s’agisse des cris des zombies ou du bruit que font les différentes armes lorsqu’ils viennent s’enfoncer dans la chair pourrie de nos amis zombies. Les musiques, enfin, alternent entre le sublime et le juste excellent. Du très bon boulot !*

En définitive, Dead Island : Definitive Collection est une véritable bonne affaire. Pour moins de quarante euros, on (re)découvre deux titres absolument géniaux, qui nous font nous éclater dans un cadre idyllique. Les jeux ne sont pas parfaits, bien sûr, la faute à un scénar’ limité et peut-être un peu de manque de renouvellement (surtout si on enchaîne les deux aventures dans la foulée), mais ils sont une source de fun incroyables. A ce prix, on aurait réellement tort de s’en priver !

Dead Island : Definitive Collection

34,95 €
Dead Island : Definitive Collection
7.7

Fun

8.0/10

Réalisation

8.0/10

Bande son

8.0/10

Gameplay

8.5/10

Scénario

6.0/10

Les +

  • La durée de vie énorme
  • L'ambiance paradisiaque
  • La violence des combats
  • Le multijoueur

Les -

  • Deux jeux qui se ressemblent
  • Le scénario limité

Taboulé

Créateur et rédacteur en chef du site.

Laisser un commentaire