Final Fantasy XV : dix ans plus tard

On l’a attendu pendant dix longues années. Celui qui était initialement appelé Final Fantasy Versus XIII, maillon de Fabula Nova Crystallis, a finalement vu le jour sous le nom de Final Fantasy XV. Un épisode plein d’enjeux, à de nombreux titres, l’avenir de la licence FF et de Square-Enix se jouant sans doute en partie avec la réussite de cet épisode. Manette en main, que vaut cette nouvelle aventure ?

Un épisode plein d’enjeux

Depuis Final Fantasy X et les tribulations de Tidus et toute sa clique à Spira, la plus célèbre licence ce RPG orientaux ne nous a pas franchement laissé de souvenirs impérissables. Que ce soit avec les deux épisodes « classiques » XII et XIII, ou avec le MMORPG XIV, aucun n’a réussi à répondre aux attentes que les joueurs ont de la saga.

Avec Final Fantasy XV, Square-Enix a donc décidé d’ouvrir les bras à une plus grande base de joueurs. Pour cela, un virage radical a été opéré, principalement en termes de gameplay. Concrètement, ce nouveau FF est un peu à l’opposé de ce qu’on été ses aînés. Les développeurs ont pris le pari de plonger les joueurs dans un monde totalement ouvert, déjà. Cela a une véritable influence sur le déroulement du jeu (ou au moins de la première partie), qui propose donc de partir un peu dans tous les sens. Explorer, se balader, découvrir des lieux et des personnages divers, accomplir toutes sortes de quêtes secondaires en parallèle la principale, etc.

Ah, les différentes quêtes justement. Vaste sujet. Avant de revenir sur les quêtes secondaires évoquées plus haut, il semble indispensable de parler de la trame principale. Cet épisode va nous faire suivre les aventures de Noctis, prince héritier de son royaume, accompagné de ses trois amis et protecteurs. Pour le reste du scénario, pour vous comme pour nous, sachez que ça va être beaucoup, beaucoup plus flou. Alors que Final Fantasy nous raconte toujours de belles et grandes histoires, les scénaristes de cet épisode ont semble-t-il séché quelques cours à l’école. Tout du long, on ne parvient pas à se prendre au jeu, les tenants et aboutissants de l’histoire étant beaucoup trop vagues. L’élément déclencheur du scénario, qui intervient au bout de deux petites heures de jeu, est totalement éclipsé et résumé par un simple dialogue entre les protagonistes. Tout cela au prétexte que ces événements sont narrés dans le film Kingslaive, qui fait partie intégrante de l’expérience transmédia voulue par Square-Enix. On ne saurait donc que trop vous conseiller de commencer par voir ce film, mais également les quatre épisodes de l’anime Brotherhood : Final Fantasy XV qui explique un peu plus en détails les relations de cette bande de potes.

Malheureusement, de façon générale, le scénario ne parvient à aucun moment à nous accrocher, à nous absorber totalement comme pouvait le faire, une fois encore, la quête de Yuna pour vaincre Sin dans l’épisode X. Ce sentiment est encore renforcé par l’abondance de quêtes secondaires sans grand intérêt d’un point de vue scénaristique, même si la plupart sont intéressantes à jouer.

Le gameplay, le point fort du jeu

Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est effectivement au niveau du gameplay que Final Fantasy XV tire véritablement son épingle du jeu, essentiellement grâce à des combats plaisants. Les ennemis sont désormais visibles sur la carte, marquant la véritable fin des combats aléatoires chers à la saga. Ces affrontements se jouent désormais en temps réel, à la façon d’un beat’em all comme Bayonetta par exemple.

Durant les combats, le joueur contrôle Noctis uniquement, tandis que ses collègues sont gérés par l’IA. Une jauge, qui se remplit en enchaînant les coups et les esquives, permet par moments d’activer les capacités spéciales des acolytes, pour des moments magnifiquement chorégraphiés. Sans rentrer dans des détails là rébarbatifs, on note vraiment que les développeurs ont souhaité proposer des combats dynamiques, extrêmement fluides et assez techniques, tout en conservant une facilité d’accès remarquable. Surtout, les différents enchaînements sont extrêmement gratifiants visuellement, qu’il s’agisse d’attaques physiques, magiques ou lors de l’apparition des invocations destructrices.

Ces bons points ne suffisent toutefois pas à compenser certaines lacunes flagrantes. D’un point de vue technique notamment, le jeu souffre des défauts classiques de projets dont le développement a été chaotique. Les dix ans de « développement » (même si le jeu tel qu’il est aujourd’hui à véritablement commencé à être créé il y environ trois ans) se sentent réellement et aboutissent à une réalisation un peu datée. Problèmes de caméras durant les combats ou dans des passages en lieux étroits, élément de décor assez moyens graphiquement, moteur physique à la masse… Bref, la liste des « petits » défauts est grande et, malheureusement, leur accumulation aboutit à un résultat beaucoup trop mitigé.

Heureusement, la partie sonore du jeu vient contrebalancer cela. Déjà, on note avec plaisir que les doublages français sont d’excellente qualité, meilleurs même que les voix anglaises. On n’échappe pas à quelques répliques kikou-lol de temps à autres, mais globalement c’est très bon. Surtout, la fluidité et le côté très naturel des remarques faites entre les personnages sont vraiment excellents. Il n’est pas rare, par exemple, de remarquer alors qu’on se balade sur la carte un lieu un peu étrange au loin. Très souvent, alors qu’on est en train de se faire la réflexion, l’un des personnages va lancer une phrase à ce sujet. C’est un sentiment très rarement vu dans un jeu vidéo, et l’effet est génial.

Les musiques, quant à elles, sont une fois encore remarquables. Le thème principal est une vraie petite merveille, notamment. Les balades en voiture sont aussi l’occasion de réécouter les playlists des précédents épisodes, ce qui est toujours plaisant. On aurait simplement aimé pouvoir écouter également les musiques de ce Final Fantasy XV au même titre.

De façon générale, ce Final Fantasy XV est un assez bon jeu. Il propose un système de combat intéressant et nous fait découvrir un univers riche. Toutefois, il manque à ce qui fait de FF une référence selon nous, à savoir nous raconter une histoire fabuleuse. Le scénario n’est ici qu’un vague prétexte à l’exploration et à un road trip entre amis, alors qu’il y aurait eu tellement mieux à faire. On passe donc un bon moment, mais on en attendait tellement plus. En ce sens, c’est une déception, malgré des qualités intrinsèques évidentes. Dommage.

Final Fantasy XV

49,90 €
Final Fantasy XV
7

Note globale

7.0/10

Les +

  • Le système de combat
  • La bromance entre les personnages
  • Le monde ouvert
  • La bande-son

Les -

  • Le scénario vraiment mauvais
  • Les quêtes secondaires inutiles
  • Les lacunes techniques

Taboulé

Créateur et rédacteur en chef du site.

Laisser un commentaire